Voyageurs mais pas figurants !

Ecovolontaires en devenir

écovolontaires

Tortue géante des Galapagos

Et si on faisait quelque chose qu’on adore tout en étant utile ? Est-ce utopique de croire en une société où chaque membre serait heureux d’occuper la place qui est la sienne ? Dit autrement, feriez-vous toujours le même travail si on ne vous payait plus ? Dès le départ on a rêvé un voyage qui prenne sens en dépassant nos simples personnes. Un voyage global, riche et surprenant.

L’écovolontariat, c’est quoi au juste ?

Et bien, ça consiste à travailler bénévolement pour des associations qui oeuvrent pour la protection de l’environnement et le développement durable. La plupart du temps sa bonne volonté et retrousser ses manches suffisent pour postuler, même si les spécialistes sont plus que bienvenus.

Pourquoi devenir écovolontaires ?

D’abord pour aider, prêter main forte aux assos qui en ont besoin pour fonctionner, se développer, communiquer, etc. Ensuite pour apprendre, s’enrichir de nouvelles compétences, découvertes et rencontres en d’autres termes les assos qui nous accueillent sont de véritables mines d’or d’échanges et de partages !

Etre nomade oui, mais avec des haltes !

Quand on est sédentaire on veut tout le temps partir en voyage, mais quand on voyage à temps plein, on a parfois envie de s’arrêter ! Les rythme harmonieux sont partout dans la nature, à nous de trouver le nôtre en chemin. Ce qui est sûr, c’est que nous serons des voyageurs lents car si on s’est fixé l’objectif d’arriver à Cartagène en Colombie en deux ans, on se laisse du temps pour rester flexible et laisser sa chance à l’imprévu.

S’arrêter un mois, c’est se donner le temps de s’imprégner d’un lieu, d’une atmosphère. De revoir celui et celle rencontré la veille et avec qui le courant est passé. De dégoter les bons tuyaux pour ne pas voir que les « must do » et autres coups de cœur des guides. De flâner, ne pas courir, garder le temps de rêver. D’accueillir les moments de repos et de recentrage nécessaires pour se retrouver, faire le point et repartir de plus belle sur le bon chemin. Et bien sûr, mettre à jour notre site internet !

Et des haltes constructives !

Voyager est agréable mais laisse parfois le sentiment d’être en marge. On peut se sentir incompris ou jugé par ceux restés sédentaires. Notre voyage ne sera ni une pause ni une parenthèse, mais bien une expérience à part entière, pleine de vie et riche de sens ! S’inscrire dans des projets qui nous tiennent à cœur, être utile et productif, voilà de quoi il s’agit !

Dans ce cadre nous ne serons plus des touristes mais bien des acteurs, des travailleurs. Vivre les choses de l’intérieur donne l’opportunité de rencontrer différemment les gens, en partageant autour de valeurs et de désirs communs.

Il n’y a rien tout à gagner ! 

Travailler gratuitement, c’est s’assurer d’avoir vraiment envie. Pensez à votre passion : vous n’avez pas besoin de salaire pour y consacrer tout ce temps !

Etre écovolontaire c’est prêter main forte à des assos qui se bougent pour améliorer les conditions de vie autour d’eux, pour protéger leur environnement naturel et humain à travers des projets concrets. Ces assos travaillent avec des moyens limités et ne sont pas en mesure de rémunérer tous leurs employés. Quand on veut changer le monde, être à l’écoute et répondre à ses besoins est nécessaire. Etre solidaire de ces actions par le bénévolat c’est assumer son engagement et sa détermination à améliorer tout ce qui nous entoure.

Et puis des relations qui se construisent sans intérêt financiers, n’est-ce pas plus beau comme ça ?

Eco, vous avez dit éco ?

Voyager c’est aussi découvrir, observer et admirer les richesses et les beautés du monde. On a envie que ça dure, alors prendre soin de l’environnement nous semble essentiel. Soyons plus propres, intégrons-nous dans notre écosystème comme les autres espèces de notre planète. Je suis sûr qu’elle nous le rendra.

Comment choisir son écovolontariat ?

Il existe des centaines d’associations cherchant des bénévoles, et les classements sont rares. On a épluché, visité des centaines de sites pour trouver nos huit bonheurs.

D’abord on a choisi en fonction de nos affinités. Loin d’être des martyrs on veut allier l’utile à l’agréable. Il n’y a pas besoin de souffrir pour faire quelque chose de bien. Concrètement on va faire des choses géniales tout en rendant service, elle est pas belle la vie ?!

Ensuite on s’est attaché aux assos responsables et transparentes. L’argent qu’on verse à l’association couvre nos frais de fonctionnement, dormir et manger pour l’esssentiel. Le surplus, quand il existe, est réinvesti dans les projets de développement durable et locaux (recherche, formation, infrastructures etc).

 

On a hâte de vous montrer nos premières actions, alors à très vite !

 

 

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Vos réactions nous intéressent !