Voyageurs mais pas figurants !

Dansez la Marinera !

La Marinera est une danse qui évoque l’Amour. La séduction, les jeux de va-et-vient, du  « Je t’aime moi non plus », d’attraction-répulsion. Les émotions entre deux partenaires.

Françoise, notre chorégraphe, nous enseigne la Marinera Norteña, la plus traditionnelle et folklorique du Pérou. Celle de Trujillo, de la plage de Huanchaco. Dynamique et souriante elle comprend très vite notre démarche et souhaite nous transmettre, au delà de la complexe technicité de cette danse, l’esprit, le folklore, les racines traditionnelles dans lesquelles puise la Marinera.

Arrivés à Lima en warmshower, le couchsurfing des cyclistes, nous restons dix jours dans la coloc’ de Cécilia et d’Estefani à manger et parler gastronomie ! Les tantes respectives de notre hôte Cécilia et de notre chorégraphe Françoise sont amies, et c’est ainsi que, de fil en aiguille, nous tricotons quelques nouveaux pas de danse.

Une danse technique

Le premier cours se passe dans la joie, même si j’ai bien du mal à coordonner mes pas avec la musique. Le rythme est véloce. Il faut intégrer les jeux de pieds de la seconde partie nommée zapateo. Sepillo, cruzado, punta-taco et machete sont difficiles à réaliser en rythme. Il faut tenir le pañuelo, le mouchoir traditionnel, sans qui la Marinera n’est pas. Il est une extension du cœur et la prolongation des mouvements du corps. Garder le regard de sa partenaire en permanence et sentir son émotion, tout en effectuant circulos, demi-lunes et burrachito.

L’homme est toujours fier : bras croisés derrière le dos il bombe le torse, embrasse et protège d’amour sa partenaire de ses larges épaules. Le costume reflète l’appartenance régionale. Son poncho donne du volant aux voltes. Il est coiffé de son sombrero, large chapeau de paille souligné d’une fine ceinture de cuir, qu’il tient parfois de la main gauche.

La femme joue de son déhanché et incline délicatement la tête. Elle danse toujours pieds nus, et sa coiffe doit être bien serrée. Sa falda, la robe, est tenue à hauteur de tête laissant apparaître las camisones, la jupe du dessous, lorsqu’elle virevolte en tournant. À la manière de la queue du paon elle déploie ses charmes, fière et pleine de grâce.

Des motivations plurielles à relever ce défi !

Croyez-moi ou non, mais c’est moi qui suis à l’origine de ce projet. Pas danseur pour un sou, on me connait accoudé au bar quand Noémie enflamme la piste. Et quand elle vient prendre son premier cocktail pour se rafraîchir, je suis déjà dans un été d’ébriété avancé. Le chant et la danse, c’est son domaine, très peu pour moi.

Seulement nous avons reçu un défi et mettons un point d’honneur à tous les relever du mieux que nous pouvons. D’autant que c’est mon ami Julien et sa jolie famille Claire, Enzo et Izia qui nous ont provoqués avec ce challenge audacieux, connaissant bien mon excellente médiocrité à danser.

Marinera

Mais j’ai aussi des motivations internes à prendre des cours pour réaliser ce défi sérieusement. D’abord je sais offrir un grand plaisir à Noémie qui se régale à bouger en rythme et en musique. C’est un moyen de faire un pas vers elle, vers son univers, lui montrer que je l’aime.

Ensuite danser est pour moi une libération, celle de blocages psycho-émotionnels. Amateur de sport et des arts du mouvement en général, j’aime étudier et pratiquer tout ce qui concerne la motricité et le rythme. Pourtant ma culture et mon écoute musicales sont aussi fines qu’une barre HLM. Vous comprendrez que ce défi n’est pas gagné d’avance !

J’avais un rapport équivalent aux sports de combat il y a encore quelques années avant de découvrir l’aïkido. Toutes mes idées préconçues étaient tombées en miette en découvrant cet art martial enseignant la paix et la non-violence, l’appréhension sereine du conflit, la gestion émotionnelle de la peur, et bien d’autres bénéfices moteurs, sociaux, affectifs, psychologiques et physiques. Mon idée de l’art du combat a diamétralement changé. Fort de cette expérience pourquoi ne serait-ce pas le cas pour la danse ?

S’ouvrir à tout, toujours

Depuis quinze mois Noémie et moi nous sommes ouverts à bien des domaines. La mécanique, la planification, l’équipement sportif, la permaculture et la météorologie. La logistique, la gestion de projet, l’astronomie, l’espagnol, le sponsoring, l’écoconstruction et le montage vidéo. L’éducation, l’écriture, la photographie, les énergies renouvelables, et que sais-je d’autre encore. Au tour donc de la danse traditionnelle de la côte péruvienne.

Au sud du Pérou nous dansions déjà le jazz-swing sur l’île de Taquilé pour relever un autre défi, lancé par Laurence. J’avais fait ce que j’avais pu en prenant déjà un réel plaisir à m’exécuter. C’est donc avec enthousiasme et tout le sérieux nécessaire pour apprendre le mieux possible dans le temps limité que l’on s’est donné, deux semaines, que j’entame mes premiers « huit » en quatre temps, mouchoir au dessus de la tête.

Voilà présenté un nouveau média, un lieu de rencontre pour notre couple où s’incarnent, transcendant la motricité, émotion et communication du langage amoureux. La marinera, c’est avant tout cela : le rapport amoureux entre deux personnes.

10 Commentaires

  1. Baillou's Gravatar Baillou
    3 mai 2017    

    Vous dansez comme de belles gazelles ! (Vous avez les pieds dans un état mes cousins !!!!!! Degueulasse !!!!)

    • Asso Labalise's Gravatar Asso Labalise
      7 mai 2017    

      Ça c’est ben gentil mon p’tit ! On s’est donné du mal ! Et dans des conditions : insupportables. Ces pauvres dansent pieds nus !

  2. Lisa's Gravatar Lisa
    4 mai 2017    

    Bonjour Tez et Nono, vous avez bien dansé, je suis contente de votre danse et de votre spectacle. Très beau et j’ai bien aimé votre coiffure! les costumes étaient très chouette! Bisous à bientôt. Lisa de l’école de Bourrou.

    • Asso Labalise's Gravatar Asso Labalise
      7 mai 2017    

      Bonjour Lisa, nous sommes super contents que tu cela t’ait plu ! Nous avons pris beaucoup de plaisir à se vêtir à la mode traditionnelle pour ce défi. C’est ce qui rend notre voyage riche ! Un gros bisou à toi.

  3. Blondel's Gravatar Blondel
    4 mai 2017    

    Ce défi est magnifiquement réussi à tout point de vue.L’enseignement malgré les difficultés de coordinations des pas avec la musique,il a fallu travailler dure pendant plusieurs jours,le maquillage et l’habillement qui vous ont transformé et que dire de cette vidéo ou vous dansez la marinera comme des professionnels dans un endroit magique.Oui un des meilleurs avec le jazz-Swing.Merci bonne continuation.

    • Asso Labalise's Gravatar Asso Labalise
      7 mai 2017    

      Nous avons rencontré par chance une professeure -Françoise- qui nous a transmis avec passion l’essence de la Marinera. Ainsi au-delà de l’aspect technique de la danse, nous avons essayé d’interpréter une histoire, celle de l’amour ! Bientôt la Colombie, et ses pas de salsa !

  4. 7 mai 2017    

    J adore ! vous etes magnifiques!

    • Asso Labalise's Gravatar Asso Labalise
      7 mai 2017    

      Merci maman, qu’il est bon de découvrir la culture d’un pays et de s’en imprégner le temps d’une danse, c’est là que réside notre plaisir de voyager !

  5. Christian Boitelle's Gravatar Christian Boitelle
    8 mai 2017    

    Vous etes superbes: Nono toujours trés élégante, et Thez moustachu et gominé comme un gangster italien, ca vaut le détour !!!
    Bises à vous deux

    • Asso Labalise's Gravatar Asso Labalise
      10 mai 2017    

      Merci Christian, comme d’habitude ces défis nous mènent toujours là où on ne s’y attend guère…pour la plus grande richesse de notre voyage !

Vos réactions nous intéressent !

Abonnez-vous pour ne plus rien rater !

Saisis ton adresse e-mail pour t'abonner à La Balise et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.